Une visite au Restaurant Day: El Gaucho Gourmet

C’est sur la recommandation de Funambuline, qui s’occupe, entre autres, de materner les gens comme moi pour le compte de Lausanne à Table, que je me suis rendu en ce dimanche ensoleillé à Vidy. Objectif: expérimenter le Restaurant Day. Elle a laissé entendre qu’il pourrait y avoir là-bas deux, trois choses intéressantes pour moi.

Ça n’a pas manqué. Après étude du programme, c’est sur El Gaucho Gourmet que j’ai jeté mon dévolu. Ce spécialiste de la cuisine argentine, qui s’est lancé en 2012, devrait être en mesure de satisfaire les besoins nutritifs colossaux du sportif émérite qui vient de performer sur le parcours Vita de Lausanne-Vidy. Le sportif émérite, c’est moi… des fois qu’il y aurait un doute à ce niveau.

Le triporteur de El Gaucho

D’un côté, mon choix est un peu malheureux car je n’expérimente pas ici la cuisine d’une équipe d’amateurs, comme le veut le principe du Restaurant Day. Il s’agit de professionnels qui se sont inscrit à cette journée gastronomique en proposant quelques spécialités qui ne sont pas habituellement à la carte. D’un autre côté, c’est très bien parce que leur cuisine est taillée sur mesure pour moi, portée sur la viande grillée, bien-sûr, mais aussi sur les herbes et les épices, tout en saveur et en générosité. Et puis, ça me permet de faire d’une pierre deux coups: Je couvre le Restaurant Day ET un foodtruck lausannois intéressant.

Un pot de Chimichurri

Car oui, El Gaucho propose ses spécialités dans un ravissant petit triporteur bleu. Pour cette journée spéciale, un grill a aussi été installé afin de rôtir des saucisses. Comme par hasard (hum), le Destin remet sur ma route une variante de hot-dog. Le choripán est un pain fourré d’un chorizo, de sauce chimichurri et de… ben, c’est tout. Si sa composition simplissime, saucisse/assaisonnement, respecte en quelque sorte l’esprit d’un hot-dog classique, le choripán est néanmoins suffisamment original pour offrir une expérience gustative complètement différente de son cousin américain.

Le choripàn ouvert

En premier lieu, la saucisse n’est pas faite de cette chair lisse et un peu suspecte qui compose les viennes. On distingue nettement des morceaux dans la farce de ce boudin épais et salé. Il faut aussi savoir que le chorizo argentin n’est pas forcément pimenté. En fait, son goût légèrement épicé m’a beaucoup fait penser à de la salciccia.

Le piment n’est d’ailleurs pas nécessaire puisque c’est le chimichurri, dont je suis un immense fan, qui se charge de la noble tâche de donner toute son relief à ce sandwich chaud. Le pain croustillant est passé au grill puis tartiné de la fameuse sauce froide. On coupe la saucisse dans la longueur et boom, c’est envoyé.

Le choripàn croqué

Et il faut reconnaître que le résultat est très convaincant. Ce fait remarquable est principalement dû à l’exceptionnelle gouleyance du chimichurri qui met en valeur la saucisse et le pain dans un tourbillon de félicité gustative. L’ail et les herbes donnent beaucoup de saveur alors que le vinaigre coupe délicatement le gras du chorizo.  C’est tellement riche qu’à certains moments, on croirait que la préparation a été déglacée au vin blanc. On ne peut qu’imaginer que si la cuisson avait été faite au feu de bois, c’eût été encore meilleur.

Les empanadas de El Gaucho

Je m’emporte un peu mais n’oublie pas de vous parler de leurs plus classiques empanadas, très bonnes aussi. On s’amuse de la générosité de la jambon-fromage qui est vraiment ultra-fondante. Très différente, celle au bœuf exhale un bon arôme de cumin caractéristique dans une pâte bien dorée et légèrement croquante.

Alfajor au dulce de leche

Côté dessert, les propositions d’El Gaucho suivent également les grands classiques de la cuisine argentine. C’est bien-sûr le dulce de leche, ou confiture de lait, qui est mis à l’honneur. Ce mélange de sucre et de lait caramélisé vient fourrer de délicieux alfajores. Des pâtisseries délicates constituées de deux petits biscuits poudreux qui enserrent, comme un sandwich, le fameux dulce de leche. Un vrai régal qui accompagnera le café avec bonheur.

Flan au dulce de leche

Mais l’ultime gourmandise, c’est le flan au dulce de leche. J’imaginais qu’il s’agirait d’un simple flan aromatisé. Sauf que non. Celui-ci est nature mais surmonté d’un énorme tas de dulce de leche. C’est spectaculaire, magnifique à admirer comme à manger.

Le dulce, collant et épais, distille un puissant goût caramélisé et sucré dans la bouche du bec à bonbon qui aura le courage d’attaquer ce dessert. C’est un peu trop pour moi, mais le plaisir d’en partager un pour deux personnes n’est pas moindre pour autant.

Sachez encore qu’El Gaucho Gourmet est présent les mardis et mercredis sur la place de la Riponne toute la journée ainsi que pendant les heures de marché du mercredi et du samedi, au même endroit. Vous pouvez également les contacter pour vos événements ou simplement commander leurs produits à l’avance.

Avec tout ça, je crois qu’on peut dire que mon expérience au Restaurant Day est plutôt réussie. D’ailleurs, je me dis que c’est tous les jours que nos rues devraient exhaler des odeurs de cuissons et d’épices. Il y a finalement quelque chose d’un peu triste à voir la restauration de rue réduite à quelques jours par année ou à des zones dédiées, comme un animal en cage. Une gastronomie soumise à des modes passagères qui ne peut exister que dans un pré carré et avec l’assentiment limité des autorités. Je propose donc d’ouvrir les villes aux cuisiniers. Libérons nos artisans, nos communautés et nos papilles.

 

El Gaucho Gourmet
Case postale 433
1020 Renens 1
Tél. 021 636 33 66

9 Responses to “Une visite au Restaurant Day: El Gaucho Gourmet”

  1. Rachel août 21, 2014 at 10:03 #

    Merci, convaincue!

    et dis nous juste où on peut suivre ce foodtruck, j’en rêve déjà…….!!!!

  2. La semaine d'une gourmette août 21, 2014 at 10:37 #

    C’est trop drôle, tu y étais à quelle heure ? On y est allés vers 12h30 (et on a mis un moment à le trouver, Restaurant Day est une idée sympa mais l’organisation…ahem), et on a mangé… ben des empanadas et des choripans ! Je partage ton amour du choripan, il était délicieux ! L’empanada aux épinards était un peu fade, celle au thon très bonne, celle au jambon fromage géniale.

    • funambuline août 21, 2014 at 12:52 #

      Aaaaaaaah le choripan, je serais capable de prendre un avion pour BsAs (Buenos Aires pour les intimes B-) ) que pour ça !

      Sinon, juste pour info, le Restaurant Day est un truc mondial, où chacun s’organise… comme il peut. Lausanne à Table donne juste un coup de main pour la police du commerce et la comm’ pour tous les restaus, mais le côté totalement amateur reste… apparemment même pour les professionnels 😛

      • Lukas Menal août 21, 2014 at 14:13 #

        Découverte totale du choripan pour pour moi.

        Ce côté amateur, c’est une chose qui me plaît bien. Laisser faire un peu le naturel.

    • Lukas Menal août 21, 2014 at 14:11 #

      Mais j’y étais jusqu’à à peu près midi et demi! On a dû se rater de vraiment rien du tout! Content de voir que le plaisir est partagé.

  3. Verónica septembre 4, 2014 at 14:50 #

    Bonjour et merci pour les commentaires et les images!!

    Vous trouverez le triporteur lundi et jeudi matin au Marché du Boulevard de Grancy.

    Mercredi et samedi matin au Marché de la Riponne à Lausanne.

    Mardi et vendredi de 10h à 14h et de 16h à 19h à la sortie du M2 Riponne – Maurice Béjart, coté sud de la Place de la Riponne.
    A bientôt!!

  4. Firmenadressen mars 9, 2015 at 21:28 #

    What’s up to every one, the contents existing at this website are truly amazing for people knowledge,
    well, keep up the good work fellows.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Chaud-froid | La semaine d'une gourmette - août 24, 2014

    […] qui est une roulotte de spécialités argentines. Guerilla Gourmande en parle très bien sur son blog (et je partage tout à fait son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *