Des ramen à Lausanne? Ça se passe au Kotchi

C’est étrange qu’une ville aussi chébran que Lausanne n’ait pas encore trouvé son ramen fétiche. On a bien nos burritos deluxe, nos hamburgers premium et nos avocats écrasés sur du pain complet. Alors comment expliquer que les ramen n’aient pas encore été portés au firmament dans notre ville ? La fameuse soupe de nouille déchaîne pourtant les passions dans le monde entier, à tel point qu’on nous en fourre jusque dans Chef’s Table. À n’en point douter, ces braves lausannois on déjà leur hashtag #ramen tout prêt. Il ne reste plus qu’à trouver une gargote à la mode pour instagrammer le bordel.

Je caresse parfois le rêve d’ouvrir ma propre enseigne. Je proposerais un bouillon épais et parfumé accompagné de toppings vaudois « signature ». Qui veut de la saucisse au chou sur sa soupelette ? Mon bouillon serait à base de poulet de Bochuz et d’algue du Léman au bon goût de vase. Ce serait bien.

Heureusement pour le terroir, nous n’en sommes pas là et je me contente de chercher de bonnes adresses.

Il y a de cela des années, je m’étais frotté au très moyen Ma-Jong. Je ne sais pas si les recettes ont changé depuis mais ils proposent toujours un assortiment de ramen variés qui vaut au moins pour la découverte. Plus récemment, nous avons vu arriver Kawaya, géré par la même équipe que le peu bouleversant Taiyo, spécialisé dans les sushis. Leur petit empire s’étend avec cette nouvelle échoppe ainsi qu’avec le buffet asiatique situé juste en face ( une bonne affaire dont je vous parlerais peut-être un jour !). J’y ai essayé les nouilles piquantes à la taïwanaise. Allez, juste la moyenne ! Je n’ai pas testé les véritables ramen qu’ils proposent mais, si c’est du même acabit, on va pas les élever au panthéon tout de suite.

Tout ça pour vous dire que c’est pas évident de trouver des très bons ramen à Lausanne. Cela dit, j’ai pu me frotter récemment à une toute petite boutique avenue Frédéric-César-de-la-Harpe, sous-gare. Une équipe japonaise y propose de nombreux mets qui vont du sushi aux brochettes, en passant par les fritures et desserts typiques. Bien-sûr, le bol de ramen fait partie des propositions. Quelle joie !

Bol de ramen au Kotchi à Lausanne

Pour la modique somme de 20 CHF, vous obtiendrez un bol de nouilles japonaise dans un bouillon léger. Les toppings sont classiques: de la poitrine de porc rôtie réglementaire, quoiqu’un peu fade, des algues (nori et wakame), du chou, des pousses de bambou marinées et un peu de piment. Damnation, le jaune d’œuf est trop durci au lieu d’avoir ce fondant caractéristique exigé par les règles de l’art. Dommage. Pour finir, je ne serais pas contre un peu ciboule pour donner du piquant.

Dans les ramen, l’essentiel reste le bouillon. Celui-ci coule bien dans le gosier mais manque de consistance et de profondeur. On est encore loin des chaudrons dans lesquels baignent des morceaux de carcasses pendant des heures. Certains bouillons en deviennent épais et d’une richesse inouïe. Ici, on en est aux balbutiements d’une discipline qui cherche encore ses maîtres à Lausanne. Ce bol n’en reste pas moins une option intéressante au vu de l’offre actuelle.

L’ambiance du Kotchi est agréable. C’est un petit établissement de quartier qui tient autant du traiteur que de l’épicerie japonaise. On y trouve même des gadgets à vendre. En entrant, le visiteur se heurte au grand comptoir rempli de préparations appétissantes. Dans une petite salle attenante, il peut s’attabler dans un cadre simple et profiter d’un thermos de thé offert, comme le veut la tradition japonaise. Un plus qui fait la différence !

Nous voilà au calme, à se rêver chez l’habitant, quelque part dans l’état insulaire du soleil levant, accueilli, là où les assiettes n’en font pas des tonnes pour divertir le client. Un plat vite fait mais finalement bien mangé.

 

Le Kotchi
Av. Frédéric-César-de-la-Harpe 17A
1007 Lausanne
Tél: 021 601 13 33
Site Internet

4 Responses to “Des ramen à Lausanne? Ça se passe au Kotchi”

  1. djbulbi juillet 26, 2017 at 13:13 #

    Pour les ramens, je vous déconseille le Toriko. Comme d’ailleurs pour les yaki-udon.
    Mais ils ont sinon quelques plats japonais sympa et qui rappelle le goût authentique japonais.

  2. Oli juillet 31, 2017 at 23:41 #

    Sur la photo, on voit en effet la cuisson de l’oeuf qui est ratée (pour des ramen). Sinon j’attends toujours de voir des vrais oeufs marinés, Shoyu eggs, dans un ramen à Lausanne (on les reconnait car l’extérieur est brun à cause de la marinade).

  3. La semaine d'une gourmette août 9, 2017 at 11:43 #

    Ah tiens, je ne savais pas qu’on pouvait manger sur place au Kotchi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *