L’expérience McDonald’s: J + 7

La semaine passée, j’ai tenté une petite expérience pour vérifier si les sandwichs du numéro 1 du fast-food ont quelque chose de différent d’un hamburger lambda. Mon avis est que McDonald’s prépare des hamburgers, certes industriels à souhait, mais pas bien différents de ce que vous allez trouver dans le commerce si vous composez votre sandwich vous-même. En outre, taper sur le géant américain est peut-être un moyen un peu trop confortable de faire oublier que les questions de malbouffe vont bien plus loin que le big mac.

Mais trêve de considérations socio-gastronomiques. Il est temps de prendre des nouvelles de nos amis américains. Jusqu’ici, mes suppositions se vérifient.

Sans surprise, le hamburger McDonald’s, que nous appellerons désormais Hatchepsout, se momifie sans montrer aucun signe de putréfaction. C’est un peu plus sec mais il reste encore de l’humidité.

McDonalds après 1 semaine

De son côté, Ramsès II, le burger maison, tient bien le coup aussi. Une différence toutefois: Le steak haché s’est gentiment soudé au pain. Cela m’a forcé à déchirer le centre du bun pour vous offrir cette vu aérienne.  Ne me remerciez pas, je suis là pour vous faire plaisir.

Burger maisons après 1 semaine

Jusque là, il semble donc que l’histoire du burger bionique ne soit qu’une gentille pantalonnade médiatique.

A ce stade, nous allongeons le délai jusqu’à la prochaine prise de nouvelle et planifions un point de situation avec nos deux pharaons dans un mois.

D’ici là, le Burger King de Lausanne aura ouvert et nous pourrons intégrer un nouveau cobaye à l’expérience. Non, je plaisante.

One Response to “L’expérience McDonald’s: J + 7”

  1. Sibylle mai 8, 2013 at 10:57 #

    Quelque chose me dit qu’il ne plaisante pas! o.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *