Les sandwiches Polli-Pouly contre-attaquent

C’est ma nouvelle lubie. Je teste des sandwiches sur le chemin du boulot. Vous pouvez d’ailleurs avoir un aperçu de mes dégustations en live via mon compte Instagram.

Il faut d’abord savoir que je pars de tout en bas. Ma référence, c’est le sandwich triangle M-budget. 2.75 CHF pour un petit déjeuner qui cale. Il y a du salami ET du fromage. Quand on sait que le même format fourré au thon-mayo est autour de 4 balles, on est sûr de tenir sa bonne affaire. Bon, faut pas être douillet. Moi, ça me va bien. Il faudrait juste qu’ils enlèvent cette margarine moisie à l’huile de chenit et ce serait parfait.

Sandwich M-budget

Mais cette période sereine de ma vie, durant laquelle le même sandwich rassurant se répétait indéfiniment d’un matin à l’autre, est désormais révolue. Je suis un food blogger bon Dieu! Un découvreur de talent, un explorateur du sandwich.

Et pour essayer d’avoir une première vue d’ensemble du marché, je suis entré dans des boulangeries plus ou moins au hasard, pour voir ce que le quidam se tape en général. Sans surprise, la conclusion des ces premiers travaux exploratoires est que c’est pas toujours du Robuchon. Ce serait même plutôt du Bidochon. Il y a les sandwiches de grandes surfaces, bien-sûr. Mais les boulangers, eux-mêmes semblent s’être résolus à passer à des procédés semi-industriels pour faire des économies et rester compétitifs.

Sandwich M-budget

En grand naïf, fréquentant peu les « boulans », je n’avais pas réalisé que les trois quart d’entres elles ne sont même plus indépendantes. Les vraies de vraies ferment les unes après les autres.

L’Empire, c’est le groupe genevois Aimé Pouly. Oui, le gars qui a commis le pain Paillasse. « Et Polli alors? » me demanderez-vous. Et bien, Pouly a racheté le vaudois Polli en 2008. La prochaine fois que j’entends les genevois se plaindre que les qataris rachètent leurs plus beaux hôtels, ils vont m’entendre.

Bref, si vous tapez « Polli » sur Google Maps, vous verrez une multitude de points apparaître sur la carte interactive de Lausanne. Ce sont autant de boulangeries de la franchise qui proposent peu ou prou les mêmes sandwiches. Même topo à Genève en entrant « Pouly » dans le champ de recherche. Que ce soit dans un canton ou l’autre, c’est la même chanson. Ils vont essayer de vous vendre des pains paillasse au chocolat et de vous faire basculer du côté obscur de la levure.

L’Empire est tellement omniprésent que c’est sans m’en rendre compte au départ que j’ai testé 3 de leurs créations. J’ai commencé par aller chez Mon Petit Boulanger Chéri, à la rue de l’Ale. C’est pas que je suis amoureux de lui, c’est juste que c’est le nom de cette mini-chaîne de boulangeries, aussi rachetée par Pouly, décidément insatiable. Avant, ça s’appelait la Boulangerie de la Tour de l’Ale. On est d’accord que Mon Petit Boulanger Chéri c’est vachement mieux.

Boulangerie de la Tour

La demi baguette au poulet curry « La recette d’Aimé » est des plus classiques.  Si elle parait peu garnie aux premiers abords, elle reste une option nourrissante.

Baguette au poulet curry

Bon, la salade, vous pouvez vous la carrer où je pense. Mais la portion de poulet est sympa. C’est une sorte d’émincé un peu effiloché trempé dans une mayonnaise au curry doux. Mais alors très, très doux. Le machin qu’on trouvait exotique en 1965. Cela dit, j’ai eu du plaisir à manger cette préparation. On sent bien le volatile et la sauce n’est pas mauvaise. Un sandwich qui ne casse rien mais saura satisfaire un ado affamé ou un moi à 9 heure du matin. Reste qu’à 8.30 CHF, c’est pas donné le curry bas de gamme.

Baguette au poulet curry

A la même adresse, j’ai préféré la baguette au poulet nature à 7.60 CHF. Elle est moins chère et la recette est plus équilibrée. Escalope de volaille, tomate, salade, œuf et mayonnaise. Un vrai repas qui se défend plutôt bien.

Baguette au poulet

C’est la même grande baguette parisienne que pour le sandwich au curry. Croustillante, de belle taille mais manquant de caractère.

Baguette au poulet

On y trouve 3 tranches de poulet grillé plutôt correctes. Les quelques feuilles de salade apportent un peu de croquant alors que la tomate relève le tout. Ajoutez de la mayonnaise, que j’ai bien aimé, pour le gras et roulez jeunesse! Ne vous y trompez pas, ces ingrédients restent bas de gamme. Les oeufs sont particulièrement insipides avec leur texture identique pour le blanc et le jaune. On n’échappe pas non plus à la sensation de manger un sandwich qui n’est pas fait minute.

Baguette au poulet

Mais je suis bon joueur. Le rapport qualité-prix est intéressant comparé aux sandwichs traiteurs des grandes surfaces. On est pas si loin du fait maison et le groupe garantit ses produits sans huile de palme.

Dans un souci de variété, je me suis aussi rendu au Chantilly, rue Centrale. Un rapide coup d’œil à la devanture révèle pourtant que cette adresse n’est autre qu’un clone de Polli. C’est dans cette boulangerie que j’ai réalisé que j’étais bien niais de penser que toutes ces adresses étaient faites de petits artisans indépendants. Tiens, ils ont aussi le poulet curry « La recette d’Aimé » ici. Ho, wait… Oui, j’atterris un peu, je sais.

sandwich-testing-le-chantilly

Avec le sandwich au brie, je retrouve la sensation d’un produit semi-industriel. Un pain aux graines et fruits secs enserre une généreuse quantité de brie (trois tranches l’une sur l’autre à certains moments) et quelques feuilles de salade. Pour donner du moelleux, on a  tartiné une substance blanche au goût indéterminé. Un bidule qui m’a fait pensé à la tartinade à l’huile végétale de mon sandwich M-budget. A 8.60 CHF, je me suis senti un peu violé du porte-monnaie. A ce prix là, c’est pour moi inacceptable d’avoir autre chose que du beurre. Ou, à la rigueur, la crème professionnelle à la moutarde parce que ça me rappelle les sandwiches mous de mon enfance.

sandwich-brie-1-2

C’est d’autant plus décevant que même en faisant fi de cette attaque frontale à mon palais, le sandwich est plutôt fade et unilatéral. Ce ne sont pas les quelques fruits secs dans le pain qui vont relever le goût d’un lunch qui aurait mérité un peu de tomate, une pointe de moutarde ou, pourquoi pas, un petit chutney de pomme. Ceci ne rentre pas dans l’évidente rationalisation qui a cours au sein groupe Polly… euh, je veux dire le groupe Pouli! Ho, merde à la fin, vous voyez quoi.

sandwich-brie-1-4

Leur produits ne sont pas vraiment mauvais pour un palais facile comme le mien mais repousseront (probablement à raison) les plus exigeants. Ces sandwiches vont du moyen au mauvais et j’en attends un peu plus de la part d’un boulanger qui doit justement se différentier en tant qu’artisan.

Ma gourmandise et ma curiosité me poussent à continuer à faire des revues. Je vais persister avec ces préparations bas et milieu de gamme mais on m’a, bien-sûr, refilé quelques adresses de meilleur calibre qui devraient nous faire rêver un peu plus. Restez à l’écoute et checkez bien si il y a pas de la margarine dans votre jambon-beurre.

44 Responses to “Les sandwiches Polli-Pouly contre-attaquent”

  1. Manuel février 22, 2015 at 21:51 #

    C’est une triste réalité que la mort des boulangeries indépendantes, qui induit également la mort de tout un savoir-faire, toute une maîtrise, toute une culture boulangère.
    J’ai fréquenté notamment un boulanger itinérant qui faisait son levain maison, avait construit lui-même SON four adapté à SON pain qu’il confectionnait avait de la farine fraîche qu’il faisait moudre au moulin chaque semaine… Un type incroyable qui nous fait voir d’un autre oeil le pain!

    • Lukas Menal février 23, 2015 at 20:32 #

      Et oui. Je dois avouer que je ne suis pas un grand spécialiste des pains de haute qualité. Ton histoire me donne envie d’aller dénicher de vrais artisans.

      • Manuel février 24, 2015 at 14:02 #

        Clairement, le pain est un art et j’ai beau faire le miens depuis plusieurs années, élever mon propre levain, je suis loin d’être boulanger. J’ai toutefois conscience du travail que c’est, de l’attention et de la passion que cela demande, et rien à dire, le goût se retrouve!

        Mais là je ne parle vraiment que du pain… Car pour moi un sandwich, à moins d’être en randonnée loin de tout foodpoint, ça se fait minute. C’est comme cela que les ingrédients et le pain sont frais et encore plein de leurs saveurs… pas exposés dans des vitrines.

  2. Alice février 23, 2015 at 08:30 #

    Franchement on n’est pas mieux lotis à Paris, pas si facile de trouver son bonheur en boulangerie.
    En revanche, côté junk food on est servis, tout le monde se félicite de l’arrivée de Burger King, et bientôt Five Guys et Shake Shack….

    • Lukas Menal février 23, 2015 at 20:38 #

      Je suis peut-être bien tombé, mais un jour, place d’Italie, un boulanger demandait au client quelle cuisson de la baguette ils souhaitaient. Un truc quasi inconnu chez nous. J’idéalise peut-être, mais j’avoue avoir une certaine admiration pour la boulangerie française.

      Sinon, c’est clair qu’on est tous à la même avec le fast-food. Moi je suis un grand fan de la première heure. Même quand tout le monde leur tournait le dos, dans les années 90, j’allais fouiner dans les kebabs, qui étaient les seuls à proposer une alternative de burger à Mc Do. Mais maintenant, c’est tellement trendy, que ça me coupe un peu l’envie…

      Du coup, me voilà à taper dans le sandwich tradi parce que personne n’en parle. Ironie du sort ^^

    • Pierrick février 23, 2015 at 21:47 #

      Five Guys! J’arrive, je cours, je vole! chanceux 😉

  3. La semaine d'une gourmette février 23, 2015 at 08:58 #

    Le boulanger qui était rue Pichard faisait des super-sandwiches, mais le proprio ayant exigé un loyer maximal au renouvellement de bail, il a pris sa retraite… C’est ça qui se passe au centre ville de Lausanne, et c’est bien triste.

    A part ça, essaie les sandwiches de l’ex-Bertrand, repris par une mini chaîne (je crois qu’il a 3 ou 4 points de vente), Millioud, rue du Pré-du-Marché, en face du restaurant Hoa Sen. Ils sont excellents et pas chers, avec mention spéciale pour celui à la Tête de Moine et à la confiture de figue, hérité du prédécesseur. Leur seul défaut est l’ubiquité d’une tranche de cornichon, qui donne à tout le même goût et que je m’empresse donc d’enlever sitôt le sandwich acheté.

    • Lukas Menal février 23, 2015 at 20:39 #

      Adresse dûment notée.

    • Adrien février 24, 2015 at 10:36 #

      Le pire dans l’affaire du boulanger de Pichard, c’est qu’il a fermé exactement au moment où j’ai emménagé à – littéralement – deux pas. J’enrage.
      Pour céder la place successivement à un bazar cheapos, à une boutique de lingerie cheapos et à une sorte d’antiquaire cheapos. Ça va encore finir en boutique de natels ou de vapoteuses, c’te affaire. J’enrage.

      • La semaine d'une gourmette février 25, 2015 at 11:12 #

        T’as pas de chance, le délicieux resto Goûts d’Asie (juste à côté) a fermé aussi, et l’autre boulangerie pas loin (au coin de la rue Haldimand) pareil… Je suis comme toi, j’enrage de voir les commerces de proximité fermer un à un, et se faire remplacer par du portnawak.
        Bon, il te reste Asia Kim Dung et La Pinte besson pour te consoler 🙂

  4. Michelle février 23, 2015 at 18:42 #

    « Le machin qu’on trouvait exotique en 1965. »
    J’adore! Comme je n’aime pas la mayo, je ne mange pas de sandwich, sauf des banh mi, les sandwichs vietnamiens, les meilleurs du monde 😉

    • Lukas Menal février 23, 2015 at 20:39 #

      Ha ceux-là, je les attends encore par chez nous! Un bon plan pour un entrepreneur ambitieux.

      • La semaine d'une gourmette février 24, 2015 at 08:32 #

        Si je ne me trompe, Asia Kim Dung (l’épicerie vietnamienne de la rue Chaucrau) en vend…

        • Lukas Menal février 24, 2015 at 09:25 #

          Trop bien! http://asiakimdung.ch/buffet.html

          Il faut vraiment que j’y aille car tu m’en parle souvent pour dire qu’ils ont à peu près tout ce dont je rêve.

          • Viba février 26, 2015 at 11:03 #

            J’en vends le samedi matin au marché de Vevey. J’y serai de retour dès le 14 mars.

          • Lukas Menal février 28, 2015 at 11:22 #

            Bon à savoir!

  5. Nhien février 23, 2015 at 19:03 #

    Merci Michelle. Oui, le Bánh mì, le fameux sandwich vietnamien est le meilleur du monde. Je te confirme.

  6. Foodaholic février 23, 2015 at 20:05 #

    J’aimais bcp ceux de délifrance il y a plus de 10 ans, cher, léger mais bon.

    Qqun aurait testé celui de bel-air derrière l’arrêt de bus et celui qui est à la rue du petit chêne, adjacent au cinéma ?

    • Lukas Menal février 23, 2015 at 20:40 #

      Assez d’accord pour Délifrance. Bien vu pour les deux adresses, je vais les checker.

  7. Feel the Food février 23, 2015 at 20:16 #

    Quelle torture de lire ce papier ! Ce n’est pas du pain que produit pouly ! Ce n’est même pas un être humain qui façonne le pain. Ce sont des machines ! L’intervention humaine n’existe quasi pas. Tout est automatisé. Ton pain résiste à l’air une demie journée au plus. Beurk, beurk et beurk. Je te trouve très courageux de déguster ces trucs que je n’aime pas. Bon courage !

    Je consomme du pain et des sandwichs régulièrement mais je ne mets pas les pieds dans ces usines boulangères. Ca me dégoûte !

    Yann

    • Lukas Menal février 23, 2015 at 20:41 #

      Haha, excellent. Je vais essayer de faire mieux à l’avenir.

      • Feel the Food février 24, 2015 at 00:05 #

        Je dois avouer que tu vas sans doute trouver pire mais, en même temps, ça ne va être très difficile de trouver mieux. Bonne continuation

  8. Foodaholic février 23, 2015 at 20:24 #

    Je viens de tester le « Il Pagnotto, Il Tirlese » acheté chez Manor, 4.95frs. pour 150gr., un sandwich au speck et crème d’asperge très très salé, overdose de sel ><

  9. Fabio février 23, 2015 at 20:38 #

    Monsieur Pouly, c’est l’Ignace de Loyola de la boulangerie.

  10. Dent de canard février 24, 2015 at 08:20 #

    Une carte des boulangeries indépendantes à Lausanne: si quelqu’un a ça sous la main, c’est bienvenu!

  11. Hou février 24, 2015 at 12:40 #

    Voila pour vous.

    http://www.boulangerie-vd.ch/label-veritable-artisan.html

    • Manuel février 24, 2015 at 13:58 #

      Une liste intéressante mais pas exhaustive des indépendants…. Et en soit elle me rend un peu dubitatif lorsque j’y lis « Fleur de Pain »

    • Lukas Menal février 25, 2015 at 20:45 #

      Merci!

    • Pascal février 28, 2015 at 16:29 #

      Dans la liste, il manque une boulangerie que certains considèrent comme la meilleure du canton de Vaud :

      https://plus.google.com/113696992103631021888/about?hl=fr

      A peu près tout y est bon, c’est pas cher, c’est un indépendant, que demande le peuple ? Bon, le dimanche matin il faut faire la queue…

  12. Irma février 24, 2015 at 13:29 #

    faut tester le snack de la gare (traiteur Hallal). Jurage sur le sandwich merguez (selon Stavro, c’est pas pour le petit déjeuner, mais c’est un ptit joueur huhu ).

  13. JM février 25, 2015 at 10:16 #

    Je soutiens inconditionnellement les deux boulangeries Buet, au centre ville. Excellents produits, pains variés, sandwichs originaux… Bref le bonheur! A noter que Laurent Buet est l’un des fondateurs du label véritables artisan.
    Cerise sur le gâteau, un personnel super sympa!
    Une adresse à recommander dans ce morne paysage des boulangeries industrielles…

  14. Damien février 25, 2015 at 18:48 #

    Et si un matin vous à Lausanne vous voyez un gars bizarre qui fait des gros plans de sandwichs impudiquement ouverts sur un banc public (ou dans un train)…n’ayez pas peur : c’est un Food Writer, et il agit pour votre bien! 😉

    Et Subway? Si Pouly c’est l’Empire…Subway c’est quoi, les Borgs?

    • Lukas Menal février 25, 2015 at 20:42 #

      Exactement! Je suis toujours un peu timide pour faire des vidéos dans la rue. Ça me déprime!

  15. ChriChri mars 1, 2015 at 15:08 #

    Hello Hello, c’est mon premier commentaire sur ton blog, car voir ton palais insatisfait par des sandwichs fades m’attristait.

    Alors dans la petite bourgade broyarde de Moudon y’a un boulanger-patissier qui a ouvert il y’a maintenant 5 ans, du nom de Jérome Locatelli, tout y’est vraiment succulent et les sandwichs sont certes petits, mais pour environ une thune ils offrent une qualité quasi introuvables ailleurs.

    Son laboratoire et sa boutique principale se trouve maintenant à Cugy.
    Je t’invite vivement à y aller faire un tour. =)

  16. ChriChri mars 1, 2015 at 15:08 #

    Hello Hello, c’est mon premier commentaire sur ton blog, car voir ton palais insatisfait par des sandwichs fades m’attristait.

    Alors dans la petite bourgade broyarde de Moudon y’a un boulanger-patissier qui a ouvert il y’a maintenant 5 ans, du nom de Jérome Locatelli, tout y’est vraiment succulent et les sandwichs sont certes petits, mais pour environ une thune ils offrent une qualité quasi introuvables ailleurs.

    Son laboratoire et sa boutique principale se trouve maintenant à Cugy.
    Je t’invite vivement à y aller faire un tour. =)

    • Timothée mars 29, 2015 at 23:30 #

      Excellente suggestion je suis d’accord, Locatelli livre également l’Epicentre, épicerie de l’Anthropole à l’Université de Lausanne! Sinon sur Lausanne: Buet et Nessi sont des adresses indispensables. Mais il faut savoir: on peut le prix d’une bonne qualité (bien que chez Pouli, Polly ou je ne sais quoi – car c’est bien de « quoi » qu’on parle et pas de « qui » – le prix est bien élevé aussi, mais pour une qualité dérisoire, l’article le prouve bien…) Merci!

    • Lukas Menal avril 1, 2015 at 11:43 #

      Merci de l’info!

  17. SaSha mars 31, 2015 at 13:53 #

    Je pleure moi aussi la disparition des « vraies » boulangeries avec du « vrai » pain… snif.
    Je recommande vivement la Panetière au Boulevard de Grancy. Une boulangerie avec vue sur le labo dans l’arrière du magasin. Les sandwichs ne sont pas énormes, mais le goût y est! Le tout avec des ingrédients de qualité. Bon appétit!

    P.S: Je découvre ton blog Lukas. Top!

    • Lukas Menal avril 1, 2015 at 11:44 #

      Merci pour le tuyau. C’est noté. Et merci de me lire 😉

  18. rey juillet 28, 2016 at 14:08 #

    bonjour
    Allez voir la boulangerie Rey.
    Av. Vallonnette 22 à Lausanne
    Je suis un petit artisan, la boulangerie est là depuis plus de 50 ans repris de mes parents il y a 15 ans.
    J’aime lire que les commentaires de personnes qui apprécient encore manger du bon pain.
    j’ espères que vous aurez l’occasion de venir goûter mon pain et de mettre des commentaires.
    et des choses que je pourrais changer et améliorer sans oublier que je suis surtout une boulangerie de quartier merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *