Les équipées gourmandes de tonton Lukas: Alba et le Piémont – Partie 1

La Suisse se situe à l’intersection des deux grandes nations de la gastronomie européenne: La France et l’Italie. Bon élève, l’helvète se doit d’en profiter en allant les visiter régulièrement pour approfondir sa connaissance gastronomique. Ceci dans un but purement académique, bien-sûr…

Dans un précédent numéro, je vous ai présenté une destination française romantique et scandaleuse apte à satisfaire votre inextinguible soif d’activités licencieuses. Si vous n’avez pas déjà lu cet article consacré à Arbois la grivoise, je vous invite à le faire. Vous y découvrirez une belle idée pour s’échapper un week-end dans une région sous-estimée, très proche et regorgeant de trésors culinaires.

Mais en ce jour morne de janvier, c’est au nord de la botte que je vous emmène. Nous attaquons ici une destination autrement plus prestigieuse: j’ai nommé le Piémont.

Le paysage vallonné du Piémont

Pour vous rendre dans ce pays de Cocagne depuis la Suisse Romande, comptez 3h30 à 4h30 de voiture selon votre faim et votre appétence au risque. Il vous faudra traverser les Alpes et cheminer un court moment dans le Nord du pays. Sur place, vous dormirez dans un agriturismo, c’est-à-dire une chambre d’hôte à la ferme. Je vous en recommande une en particulier qui, tenue par un jeune couple fantastique, est d’une qualité hors-norme. En même temps, c’est la seule que je connais. La Casa Ressia, à Alba, est l’endroit idéal pour les couples ou les groupes d’amis. Si vous sympathisez avec les tenants, il vous mettront peut-être de côté une bouteille de vin ou même un verre de grappa pour votre retour nocturne.

Une petite note: Vous refiler des bouteilles de vins, c’est une manie chez les piémontais. Un pourboire un peu trop généreux? Bouteille! Un mot sympa? Bouteille! L’achat d’un carton de vin? Bouteille! Il faut dire que la région est un des fleurons de la viticulture italienne. Dolcetto, Barbera, Nebbiolo, Barolo, Barbaresco, Moscato d’Asti sont autant de spécialités plus ou moins prestigieuses – mais toutes succulentes – à découvrir. Ainsi, lors de votre voyage, il s’avérera indispensable d’organiser une ou plusieurs dégustations chez des vignerons afin de remplir la voiture de prestigieux Barolo et ainsi goûter au grand frisson sur le chemin du retour, au moment du passage en douane.

Des truffes blanches au marché d'Alba

En dehors de la viticulture, la région produit d’autres trésors gourmands, solides ceux-ci, de qualité supérieure. Les noisettes du Piémont, sont ainsi réputée loin à la ronde. Ramenez-en donc, entières ou en bocal de pâte.

Même topo pour la truffe. Alba, est la capitale mondiale de la truffe blanche. Il est simplement inimaginable de ne pas en consommer si vous vous y rendez en saison (automne). A ce moment là, vous en trouverez partout dans les restaurants du Piémont. Si vous avez de la chance, le voisin, chien en laisse, viendra peut-être même vous proposer sa récolte du jour directement à l’agroturismo, comme je l’ai vécu moi-même. Sentir ses narines envahies par l’odeur entêtante de la truffe blanche lorsque la cloche est soulevée, même à plusieurs mètres de distance, est une expérience toujours impressionnante. Vous pouvez aussi profiter du fameux marché de la truffe d’Alba.

tourisme-gastronomique-piémont-alba-vente-des-truffes

Vous commencer à situer le truc? Le Piémont est aussi le berceau du mouvement Slow-food dont le siège se trouve à Bra. Une grande partie de l’activité des piémontais tourne donc autour du fait de bien boire et de bien manger. Mais n’allez pas croire que la région n’est faite que d’agriculteurs décroissants babas-cool. C’est aussi le siège de plusieurs sociétés agro-alimentaires mondialement connues parmi lesquels Ferrero, inventeur du Nutella, ou encore Martini & Rossi, fabricant du vermouth le plus célèbre au monde.

tourisme-gastronomique-piémont-alba-paysage

Evidemment, le piémont regorge de plats typiques tous plus incroyables les uns que les autres. La liste est si longue que je vais devoir vous demander de patienter jusqu’à la seconde partie de cet article qui sera éditée tout prochainement. J’espère que cette première partie vous a mis en appétit et que l’envie de découverte a déjà fait son chemin dans vos synapses.

Si ce n’est pas le cas, je compte bien vous faire changer d’avis. Bientôt, bientôt…

1c71adbb57666dcdd74506bee55e05fe741fadd3341c7acdff8fd032ed6d48e9

3 Responses to “Les équipées gourmandes de tonton Lukas: Alba et le Piémont – Partie 1”

  1. La semaine d'une gourmette janvier 9, 2015 at 09:12 #

    J’adore le Piémont, nous y avions passé une semaine merveilleuse au printemps il y a quelques années, dans une localité curieusement dénommée Bene Vagienna. C’est mon meilleur souvenir culinaire en Italie, et pourtant dieu sait que j’ai souvent, très souvent bien mangé lors de mes nombreux voyages dans ce pays.
    Mon rêve, évidemment, c’est d’y aller à la saison de la truffe blanche. J’attends de ne plus être contrainte par les vacances scolaires…

    • Lukas Menal janvier 10, 2015 at 16:30 #

      Ça vaut la peine et je te souhaite de réaliser ce petit rêve au plus vite.

  2. Nicolas octobre 14, 2015 at 11:00 #

    Bonjour,

    Merci pour ton témoignage !! On va bientôt aller visiter la région quelques jours un peu pour les raison que tu cites évidemment . Est ce que tu as des recommandations pour les dégustations et achat de vin chez les vignerons? Des noms particuliers ? Comment ca se passe en général? Tu t’annonce avant de passer? Les dégustation sont payantes même si tu achète du vin?

    Merci pour ton feedback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *