Le Teppanyaki du Jardin d’Asie

Au coeur de Lausanne, en face de l’Opéra, le Jardin d’Asie abrite un teppanyaki plutôt impressionnant. Comme dans beaucoup de restaurants asiatiques, la carte propose un choix large et varié de plats issus de différentes cuisines orientales.

Le restaurant est grand, ou du moins on ne s’y sent pas à l’étroit. L’avantage de réserver une table à des heures plus tardives, c’est qu’il n’y a presque personne et que les places juste en face du teppanyaki sont libres. Le choix a été donc vite fait. On a opté pour deux menus teppanyaki différents, le “Sakura” à 58 CHF et le “Fuji” à 80 CHF.

Tous deux comprenaient une soupe, une entrée froide, une viande et un poisson/crustacé chaud avec riz cantonais et légumes.

IMG_2280

La soupe miso du menu Sakura n’avait rien de spécialement différent des autres soupes miso, mais elle était servie généreusement. Par contre, dans la soupe du menu Fuji, on découvrait des morceaux de différentes bestioles aquatiques. Arrivent ensuite les sushis du menu Sakura, 6 gros california rolls bien fournis et bons, qui, une fois dégustés, nous calent suffisamment pour observer le chef à l’oeuvre sans être interrompus par les cris déchirants de notre estomac affamé. Pour le menu Fuji, on sert une convaincante assiette de sashimis frais.

IMG_2283 IMG_2281

Mais le clou du spectacle était encore à venir. Le chef du teppanyaki débarque avec son petit bac contenant notre viande et notre poisson, et se met au travail. Bien sûr, il nous fait d’abord une démo de son agilité à la manipulation des spatules, qu’il lance dans tous les sens, fait tourner et rattrappe avec une facilité déconcertante. Tout était néanmoins encore à faire sur la plaque luisante d’huile: le riz, les légumes, les viandes, les poissons. Armé de bouteilles de sauce soja, d’huile et autres condiments, de petites cloches en métal et de diverses épices en poudre, il entame sa besogne. Il commence par casser un oeuf, puis très vite le remue, ajoute les petits légumes typiques du riz cantonais, le riz, puis assaisonne à grand coup de sauce soya et d’épices et jette ça avec précision dans notre bol à riz. Le résultat est très concluant. Le riz est parfait!

IMG_2595 IMG_2288

Puis il pose les morceaux de saumon et de homard (menus Sakura et Fuji respectivement) sur le teppanyaki et les couvre d’une petite cloche en métal. On commence à déguster notre riz tout en guettant les prochains mouvements du Maître de la Plaque Brûlante. Là encore, il assaisonne merveilleusement le poisson et le crustacé d’une main habile et nous sert les mets cuits à la perfection à une rapidité époustouflante.

IMG_2290 IMG_2291

Quand il a commencé à apprêter la viande (des rouleaux de boeuf contenant des petits légumes pour le menu Sakura et du filet de boeuf pour le Fuji), il nous a fait comprendre qu’il allait se passer quelque chose et m’a fait signe de préparer mon appareil photo. Lorsque j’étais prête, il a flambé la viande de manière spectaculaire. Ca a procuré à cette dernière une belle croûte légèrement croustillante qui a ajouté une touche de gourmandise supplémentaire. Ah, et vous voyez ces petites granules jaunâtres devant cette belle viande ? Ce sont des morceaux d’ail séchés. Miam! Vous m’excuserez de ne pas avoir de photos du homard et du filet de boeuf, mais le téléphone sur lequel elles étaient a décidé de nous quitter définitivement suite à un tour de carrousel dans la machine à laver le linge le lendemain matin… Ceci dit, de nouveau, les viandes étaient délicieuses.

IMG_2293 IMG_2296

Les deux menus étaient accompagnés par des légumes, qui furent à la hauteur du reste.

Finalement, le chef nous salue gracieusement et se retire, non sans avoir flambé le dessert du menu Fuji: une crêpe fourrée d’une boule de glace vanille, saupoudrée de sucre glace et baignant dans un peu de sauce chocolat. Un peu plus de sauce chocolat n’aurait pas été de refus, mais elle était néanmoins réussie. Le menu Sakura se terminait par une boule de glace au thé vert au goût prononcé, juste parfaite.

IMG_2297 IMG_2300

Vous noterez sans doute qu’il faut quand même avoir bon appétit pour finir tout le menu. On est reparti avec un doggy bag de riz et de légumes, qu’on a fait griller un coup à la poêle le lendemain, c’était parfait.

Ces deux menus permettent de faire un tour de l’art du teppanyaki en goûtant un peu de tous nos aliments habituels: légumes, riz, viande, poisson. Ca donne une assez bonne idée des possibilités infinies de cuisson et d’assaisonnement. Certes, les prix sont conséquents, mais sachez que le restaurant est dans le Passeport Gourmand. Si vous voulez bien manger tout en ayant sous les yeux un spectacle divertissant, je vous recommande fortement le Jardin d’Asie !

 

Jardin d’Asie
Avenue du Théâtre 7
1005 Lausanne
Tél: 021 323 74 84

 

One Response to “Le Teppanyaki du Jardin d’Asie”

  1. Manuel mai 24, 2015 at 14:19 #

    Cela fait longtemps que je ne me suis plus aventuré là-bas. Quelques années auparavant déjà, j’y étais allé et avais apprécié le teppanyaki qui promet spectacle et goût.

    Avec recul et expérience, le lieu vaut la peine, mais n’est pas non plus un inratable sur la scène lausannoise. Néanmoins le cadre est agréable, la qualité est plutôt bonne, les préparations bien réalisées et surtout, surtout! Il faut réserver une table au teppanyaki 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *