Le Petit Bœuf, un grand steakhouse à Lausanne

J’ai été époustouflé par ma récente visite au Petit Bœuf. Des années que j’attendais l’occasion de découvrir ce temple de la viande rouge dont on m’a tant chanté les louanges.

Longhorn, Churrasco, Café de Paris, à Lausanne, le viandard a l’embarras du choix lorsque l’appel du bovidé frappe à la frêle porte de sa corruptible bonne conscience. Au milieu de ce Game of Thrones des steakhouses, le Petit Bœuf a définitivement une carte a jouer. Logé entre le Musée de l’Art Brut et la rue du Maupas, l’endroit est légèrement excentré comparé à ses concurrents. Toutefois, le cadre authentique et le savoir-faire incontestable de l’équipe en place compense largement ce désavantage.

En entrant dans la salle à manger au décor de restaurant de quartier un peu vieillot, on est frappé par l’odeur de viande grillée qui flotte dans la salle. Un avertissement pour tous les petits sirops et ceux qui tiennent à porter leurs vêtements un jour de plus. Ici, les priorités sont fixées: Tout pour le grill, rien pour la garde-robe. Evidemment, je suis tombé sous le charme.

On s’en doute, la carte est orientée vers le bœuf, argentin ou suisse. Celle-ci est néanmoins suffisamment fournie pour offrir des alternatives convaincantes aux résistants. Salades, tagliatelle ou poisson n’apparaissent pas simplement comme des plats alibis mais bien en tant que propositions appétissantes. Mirez le Tartare de saumon frais (30 CHF), plein de fines herbes et assaisonné d’une sauce au pastis équilibrée.

Nous sommes d’accord, la chair d’un animal mort ne devrait jamais être apprêtée en forme de cœur. Ceci est à réserver aux desserts.

Vous pourrez aussi vous poser des questions sur la sauce qui nappe l’assiette. Ça m’a effrayé au début mais elle est en fait excellente et montre l’attachement du Petit Bœuf à la qualité gustative de ses plats.

Tartare de Saumon au Petit Boeuf à Lausanne

On retrouve aussi cette particularité dans le phénoménal Tartare de bœuf Natacha (46 CHF ). Un monument dressé à sa majesté la viande rouge qui ne se sert qu’à partir de 2 personnes et uniquement en portion de 250 gr. L’énorme amas de viande crue est flambé en salle à la vodka. Et c’est pas du petit flambage de crêpe suzette, c’est limite le réveil du balrog. Badass.


 
A l’arrivée, le bœuf reste pratiquement cru. Il est délicieusement recouvert d’une sauce crémée à la vodka. Je sais ça paraît fou, comme ça. Et ça l’est dans une certaine mesure. Mais le résultat est tellement réussi que vous vous demanderez pourquoi la plupart des restaurants de la place s’acharnent à tous suivre la même recette, avec des résultats parfois désastreux.

La viande elle-même est coupée bien épaisse et assaisonnée avec goût. Le ketchup, mais aussi les anchois, sont bannis avec force par le patron. On sait que c’est un point important pour nombre d’amateurs. On salue également l’utilisation généreuse d’herbes fraîches et de tabasco. Si vous êtes un puriste, l’établissement propose évidemment un tartare classique (36 CHF / 250 gr.).

Tartare Natacha au Petit Boeuf à Lausanne

Les viande cuites ne sont pas en reste. Elles sont présentées au client avant découpe puis servies avec haricots et frites ou röstis. La qualité de la viande, de même que la maîtrise des cuissons tiennent toutes leurs promesses. Choisissez le tendre filet ou la généreuses entrecôte, pas de cuts exotiques à la manière américaine. Nous suivons ici la tradition française de la viande de bœuf.

Le filet au Petit Boeuf à Lausanne

Deux sauces crémeuses sont servies en portions industrielles pour accompagner votre barbaque. Je les ai adorées, surtout celle qui est un peu piquante. Je pourrais en boire à la paille.

Sauces au Petit Boeuf à Lausanne

Je ne suis pas moins en pâmoison devant les röstis. A l’opposé d’une galette croustillante, ils sont fondants, salés et gras avec juste ce qu’il faut de morceaux caramélisés. Mon voisin a pris peur lorsqu’il m’a vu les noyer dans la sauce rouge pour faire de ma petite assiette un monument de décadence culinaire digne des pires orgies romaines. Mais bon, j’imagine que vous n’êtes pas obligés de reproduire cette étape.

Rösti au Petit Boeuf à Lausanne

Inutile de tergiverser, si vous êtes un amateur de viande rouge et saignante, une visite au Petit Bœuf s’impose. Pour l’heure cette expérience m’a plus ému que le Longhorn, qui, malgré ses qualités évidentes, manquait un peu de personnalité.

Pour ma part, il me reste encore à découvrir leur Brasier. Un plat qui semble consister en une sorte de casserole servie à la table dans laquelle on cuit directement la viande. Je suis curieux, si quelque’un a tenté l’expérience, son retour est le bienvenu dans les commentaires.

 

Le Petit Boeuf
Avenue Vingt-Quatre-Janvier 4
1004 Lausanne
Tél: 021 648 91 01

18 Responses to “Le Petit Bœuf, un grand steakhouse à Lausanne”

  1. Manuel août 4, 2014 at 00:18 #

    Sus au ketchup et aux anchois dans un tartare!
    Un temps certain que je dois y aller ; si tout m’y intéresse, leur brasier me fait particulièrement de l’oeil!

    • Lukas Menal août 4, 2014 at 08:54 #

      Je propose que tu ailles découvrir la brasier et que tu nous fasse un compte-rendu. 🙂

  2. Fabio août 4, 2014 at 11:20 #

    Super article merci 😉

    PS : @ »le réveil du balrog » : Ahahahahaha !!

  3. Paul août 4, 2014 at 16:30 #

    Je confirme que le brasier est aussi à la hauteur !!
    C’était ma cantine du soir quand j’ai travaillé quelques mois à Lausanne.
    Ma société avait réservé l’hôtel juste à côté par hasard : autant dire que je me suis régale et que j’ai pris quelques kilos 🙂

  4. Roger août 4, 2014 at 19:29 #

    Salut Lukas,

    Encore une fois, un grand merci pour ton blog. J’ai plaisir à te lire pour le contenu fort touffu et intéressant de tes posts mais aussi pour ton style d’écriture caustique, direct et assez tranché.

    Niveau viande, je te recommande l’Auberge d’Etagnières (facilement accessible en LEB), tu y trouveras ton compte à coup sûr.

    A+

    • Roger août 4, 2014 at 19:37 #

      J’oublie de te mentionner les plats intéressants!
      Les viandes sur ardoise sont excellentes. C’est servi avec une petite salade en entrée et des frites. Tout est fait maison. Ca parait peut-être bête, mais il n’y a pas tant d’établissements que cela qui ont de la salade fraîche lavée et préparée maison, sauce salade maison et frites maison, donc je le signale! Ils ont une autre préparation dénommé la potence, flambée en salle! C’est très bon également mais pour 2.
      Je ne mange que rarement de tartare au restaurant (je préfère le mien), mais ma femme l’apprécie grandement. C’est une fine connaisseuse de tartare.
      A+

      • Lukas Menal août 5, 2014 at 09:02 #

        Merci à toi pour les compliments!

        On peut dire que tu sais comment m’appâter. Je note cette adresse sur ma liste (The List).

  5. funambuline août 5, 2014 at 13:53 #

    Je trouve assez scandaleux, pour un blogueur, de ne pas au moins mettre les avertissements d’usage. L’éthique de la profession se perd, et c’est malheureux.
    Je vais donc le faire pour toi :

    ATTENTION /// WARNING /// FAISEZ GAFFE /// DANGER

    la sauce « petit boeuf » est addictive dès la première fois

    • Lukas Menal août 5, 2014 at 13:59 #

      Oui, c’est de la dope. Je crois que je n’ai rien dit parce que je suis déjà sous influence.

      SAAAAUCE-SAAAAAAAUCE

  6. shalf août 5, 2014 at 16:55 #

    C’EST MALIN, MAINTENANT J’AI ENVIE D’Y RETOURNER.
    Je ne vous félicite pas, Monsieur Guérilla.

    • Lukas Menal août 5, 2014 at 17:00 #

      Rejoins la grande famille des buveurs de sauce, ne lutte pas.

      SAAAAAUCE-SAAAAAAAAAUCE

  7. Duc août 5, 2014 at 18:12 #

    Hé !

    Merci pour cet article plein de tâches de gras. Ca me fait envie d’y retourner.

    Le caquelon, je te le conseille sur la terrasse. Car comme son nom l’indique, le brasier, il dégage autant de calories qu’en prend son consommateur. C’est carrément des charbons ardents que tu as sur ta table.

    La viande est de qualité mais je trouve les portions un peu légères. Le patron a prévu le coup et propose des rallonges.

    Les sauces, dont la fameuse mentionnée dans ton article et les frites font partie de l’ensemble. Elles sont servies généreusement et tu peux en redemander.

    Et si tu aimes la viande dans la région et que tu es prêt à prendre le train, car forcément on boit du rouge, je te conseille la rotisserie de Romainmotiers, au Gaulois. A mettre dans ta ‘bucket’ list.

    A bientôt !

  8. La semaine d'une gourmette août 12, 2014 at 16:04 #

    Ah, tu y as été finalement ! Joli article, qui décrit bien l’esprit du lieu !
    Tu me donnes envie de tartare Natacha, tiens, c’est malin, à c’t’heure…
    Jamais essayé le brasier, je dois dire, mais faudra bien, un jour !

  9. alex août 20, 2014 at 11:38 #

    excellente review, ça donne envie d’y aller ! surtout pour ce tartare revisité.

    comment compares-tu la qualité de la viande de cet établissement avec celle qui est servie au café des bouchers à malley ?

    • Lukas Menal août 20, 2014 at 11:46 #

      Merci!

      C’est une excellente question. Je suis allé là-bas il y a longtemps et je n’ai pas le souvenir que la viande est de qualité supérieure. De plus, j’ai eu de mauvais échos récemment qui disent que la qualité a baissé.

      Je ne peux donc pas donner un avis définitif mais je pencherai plutôt pour Le petit bœuf. Ce serait intéressant d’aller vérifier ceci, cela dit.

      Tes propres impressions?

  10. Eric janvier 14, 2015 at 22:16 #

    J’ai eu une expérience très différente il y a quelques jours avec le brasier de « bœuf ». A mon avis, ils n’avaient plus de bœuf et ont du mettre du veau à la place; la viande n’avait vraiment aucun goût.
    En tout cas, c’était à des années lumières des bonnes viandes que j’ai pu manger à Lausanne ou ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *