Épesses nouveau en fête

Le 4 mai 2013, avait lieu la fête du vin nouveau d’Épesses. L’occasion de goûter les crus de ce village niché en plein dans le fameux vignoble en terrasses du Lavaux. La manifestation avait lieu a travers tout le village.  Une belle opportunité de visiter cette région classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. À notre arrivée, le temps est maussade et la pluie est de la partie.

Vue sur le village d'Epesses

C’est insuffisant pour entamer notre moral. Bon pied, bon œil, nous commençons la dégustation. Ici à Épesses, le Chasselas est roi. Épesses, Dézaley, Calamin sont les appellations du coin. Je donne la priorité au Dézaley et passe une bonne partie de la journée à comparer les versions des différents producteurs. Première constatation de la journée: C’est plein de suisse-allemands. J’ai déjà fréquenté ce genre de manifestation et comprends vite que les caves ouvertes d’Épesses sont les plus célèbres parmi celles qui se tiennent dans la région. Les gens sont venus de loin. La célébrité du paysage y est probablement pour beaucoup. Ces fiers germaniques assoiffés débarquent donc par cars entiers. Souliers de marches vissés aux pieds, appareil photo équipé d’un téléobjectif de paparazzi autour du cou, ils sont fin prêts pour boire du pinard. J’ai envie d’étirer leurs tempes avec mes doigts pour voir jusqu’où on peut pousser la ressemblance avec des touristes japonais mais je n’ose pas.

L’ambiance est très conviviale et la bonne humeur domine malgré le temps. De mes dégustations matinales, je retiens le Dézalay Chemin de fer de Luc Massy. Nous progressons à travers le village. Arrivés au centre, nous nous voyons proposer de nombreuses gourmandises. En fouinant, je suis tombé sur quelques perles.

Les donuts de la femme du boulanger:

Ho, donut, dans ta robe de glaçage, tu virevoltes sur l’étal du boulanger.

Spirales de couleur, pluie de noisettes, tu es le roi du petit déjeuner et l’ami du café.

Ho, donut, venu d’Amérique, tu as conquis mon cœur gourmand. 

 

Donuts à Epesses

Non, en fait, on s’en cogne du donut et je ne sais pas bien ce qu’ils faisaient là. En revanche, juste à côté, je trouve des baguettes au chorizo. Déjà, juste à l’aspect, c’est un beau mélange d’orange et de doré qui donne envie de croquer dedans en grognant comme une bête sauvage.

Baguette au Chorizo à Epesses

 

Très souvent, ces « pains à quelque chose » (olives, lardons, etc.) sont assez décevants. Les 3 ou 4 morceaux qui se courent après font qu’on se retrouve à mordre dans une mie plutôt sèche avec l’espoir que la prochaine bouchée ait au moins un lardon, histoire de faire passer cette impression de manger de la baguette sans rien, comme une mouette. Mais là, mes chers amis. On est pas loin du chorizo au pain. En fait, je ne fais pas justice à ce petit délice en disant ça, parce que c’est juste bien équilibré, ni trop, ni trop peu. Et à 4.50 chf l’énorme baguette, pour moi, ce serait tous les matins. Une vraie découverte.

Mais ça ne s’arrête pas là. Un tout petit peu plus loin, je tombe sur un stand qui écoule son fromage. Je ne suis pas vraiment là pour ça et passe en jetant rapidement un œil. Et là, paf!

Coupe fromage A1652 à Epesses

Mon détecteur a fonctionné à la perfection. Je me stoppe net pour voir ça de plus près. J’interroge le fromager du regard. Il m’explique que ce truc de psycho-dingue est affiné dans une ancienne forteresse militaire et que son nom est A1652, rien que ça. C’est d’ailleurs amusant car, 2 jours plus tard, un de mes informateurs – Julien, encore lui – m’a signifié l’existence d‘un jambon maturé dans un fort militaire. Je ne résiste pas à l’envie de mettre une seconde image de ce fromage. Regardez-moi, cette coupe! C’est magique.

Fromage A1652 à EpessesLa dégustation rappelle très fortement un raclette, en plus crémeux, plus fondant et plus vieilli  Une vraie merveille sur laquelle je n’ai pas trouvé plus d’information, un vide à combler. Si vous en savez plus sur le A1652, je vous invite à me contacter via le formulaire prévu à cet effet ou par quelque autre moyen que ce soit . Pigeons exclus, je les mange.

Après cet interlude gourmand, nous continuons la dégustation. Le soleil s’invite à la fête et crée une atmosphère euphorisante, le chasselas aidant. Nous terminons la journée Au clos de la République, chez Patrick Fonjallaz, qui nous réserve un accueil extraordinaire dans son magnifique jardin. Nous dégustons notamment son vin doux, le Passerillé de Lavaux AOC. La vue est si spectaculaire que je prends quelques images de carte postale.
Vue sur le Lac Léman depuis Epesses

 

Je termine ce billet en remerciant mes sémillants compagnons qui ont su égayer mon humeur tout au long de la journée ainsi qu’en vous recommandant la visite d’Épesses lors de la prochaine journée d’Épesses nouveau en Fête.

2 Responses to “Épesses nouveau en fête”

  1. Pierrick mai 30, 2013 at 14:46 #

    Si un jour l’information te parvient, j’aimerais avoir ou l’on peut se procurer ce A1652. Merci pour ton article!

    • Lukas mai 31, 2013 at 14:49 #

      Il faudrait vraiment que je cherche ça. Si je trouve, je partagerai l’info, c’est sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *