Centre portugais de La Sarraz

Juste sur le principe, j’adhère à l’idée d’un centre culturel/restaurant avant même de l’avoir visité. Qu’ils soient espagnols, italiens ou portugais, ils parlent à mon appétit pour les endroits authentiques, sans fioritures et loin des hordes de barbus tatoués. Bon, au centre portugais de La Sarraz, les clients sont souvent tatoués et moustachus quand même. Mais ils arborent ce style depuis bien avant que ce soit cool. Les mecs ont traversés toutes les années 90 et 2000 sans broncher, sous les quolibets de ceux-là même qui élèvent des puces sur leur menton aujourd’hui.

Mais de toute façon, ceux qui fréquentent le centre culturel de La Sarraz n’ont jamais eu le temps de s’attarder sur la mode du moment. Ils étaient bien trop occupés (en plus de travailler dur) à profiter de leur super quartier général. Enfoui au cœur d’un ancien petit quartier d’ateliers en banlieue de La Sarraz, l’entrée de ce restaurant toujours très animé tient du passage secret. Dans le genre « adresse d’initié », on ne fait pas mieux.

centre-portuguais-la-sarraz-8

Les escaliers blancs qui mènent dans ce lieu de plaisir sont décorés d’une œuvre de style industriel qui nous feraient presque croire qu’on va passer la soirée dans une salle de concert à la mode pour écouter un groupe de rock indépendant.

centre-portuguais-la-sarraz-2-2

Pourtant, une fois à l’intérieur, on se retrouve dans un inattendu mais chaleureux café-restaurant qui n’a pas dû beaucoup changer depuis sa création. À droite, un bar accueillant où on pourra se désaltérer à coup de Sagres. Devant, pas moins de 4 billards aux couleurs du Portugal surplombés de ces lampes vertes typiques qui donnent un charme rétro à la salle. Mais attention, ici par de fake vintage, c’est que du vrai. Un endroit lumineux, modeste et joyeux où je me sens bien. En fin de soirée, c’est karaoké ou soirée disco entre les enterrements de vie de jeune fille, les anniversaires et les groupes de copains éméchés. Soyez prévenus, ça peut faire du bruit.

centre-portuguais-la-sarraz-3-2

Je ne vais pas trop pousser le compliment d’entrée de jeu. La qualité des tapas n’est pas bouleversante. Les ingrédients, tout comme leur préparation, sont moyens. Les crevettes à la sauce piquante ont une chair croquante mais la sauce est un peu trop détendue. Une entrée en matière néanmoins agréable qui fait l’affaire dans ce cadre.

centre-portuguais-la-sarraz-2

Les moules bien charnues, bien que pas très fines, sont plus enthousiasmantes. La brunoise de poivron et d’oignon ainsi que la généreuse coulée d’huile d’olive assurent une disparition instantanée de cet amuse-bouche coloré. Notons que vous pourrez aussi avoir des classiques pastéis de bacalhau (beignets de morue et pomme de terre) si vous avez très faim. De toute façon, les tapas, c’est un truc d’espagnol. Les choses sérieuses viennent après.

centre-portuguais-la-sarraz

Ces entrées sont donc très vite oubliées avec l’arrivée des impressionnants plats principaux. Le Bacalhau na telha (morue dans la tuile) est un navire renversant dont on se demande pourquoi il n’est pas plus connu de par le monde. Il s’agit d’un grand filet de morue couvert d’une sorte de sauce béchamel qui tient, pour être honnête, tout autant d’une mayonnaise chaude.

centre-portuguais-la-sarraz-4

L’animal est cerné de pommes de terre soufflées et de fanes de navets (légume très apprécié dans la gastronomie portugaise et proprement délicieux avec de l’huile d’olive et de l’ail). Ne me demandez pas pourquoi il y a un toast à chaque bout de la tuile. Je peux juste vous dire que ça rend ce plat encore plus dingue. Un monument improbable de gourmandise à l’allure royale.

centre-portuguais-la-sarraz-5

Si le bacalhau est le plat le plus frappant, le poulpe n’est pas en reste. Il arrive bouillonnant dans toute sa vérité tentaculaire. Pas de petits appendices, non. D’immenses bras pleins de ventouses littéralement caramélisés au four s’enroulent dans un appétissant plat de terre cuite. Pas de déception en bouche, ils sont tendres et goûteux. On les sert traditionnellement avec des patates rôties et des oignons crus coupés grossièrement. Un plat qui a du coup énormément de caractère et exige une visite urgente pour tout amateur du genre. Si le Bacalhau na telha est le coup de cœur visuel de la soirée, le polvo, comme on dit en portugais, est la claque gustative.

centre-portuguais-la-sarraz-3

Moins réussi, mais tout aussi festif, vous pourrez commander l’assiette terre et mer. Un surf & turf lusitanien constitué d’une tranche de bœuf grillée et d’une très, très grosse crevette. Bien sûr, d’autres spécialités, notamment de morue, sont disponibles et ne demandent qu’à être découvertes.

Au niveau des desserts, rien d’exceptionnel. Toujours est-il que c’est fait maison et que le spectaculaire est aussi présent sur la carte des douceurs: le molotov est de taille impressionnante mais finalement relativement léger puisqu’il s’agit d’un gâteau d’œufs en neige très aéré… additionné de pas mal de sucre et couvert de caramel. Alors, effectivement, c’est à réserver aux becs très sucrés et il vaut tout de même mieux s’en méfier si on est déjà un peu au bout de son appétit.

centre-portuguais-la-sarraz-7

La flan se distingue et devrait satisfaire les amateurs du genre (et je peux vous dire que j’en connais). On apprécie particulièrement sa texture bien crémeuse qui évite l’écueil du gélatineux fadasse et son bon goût d’œuf.

centre-portuguais-la-sarraz-6

Par son ambiance, son cadre unique et sa cuisine authentique, l’Association portugaise de La Sarraz m’a complètement convaincu. Le seul défaut que j’y trouve, c’est sa situation excentrée qui rend son accès compliqué sans voiture. Pour le reste, c’est un havre pour les amateurs de cuisine vivante et sans artifices.

Association culturelle portugaise La Sarraz
Chemin de la Condemine 21
1315 La Sarraz
Tél: 021 866 13 32
Site Internet

3 Responses to “Centre portugais de La Sarraz”

  1. Anick avril 7, 2016 at 09:03 #

    Wahou merci Lukas! J’habite tout pres, jvais y aller dès que possible!
    Bon app!!

  2. La semaine d'une gourmette avril 11, 2016 at 15:02 #

    Ha ! Moi qui viens de rentrer de Lisbonne, je peux te dire que ton article me parle ! Je me suis gobergée de morue, de poulpe, et de tranches de porc (la cuisine portugaise magnifie le porc, il est bien meilleur qu’ailleurs), et j’ai même ramené un moule à flan, un vrai, avec couvercle, pour cuisson à la vapeur.

  3. Pierrick juin 18, 2017 at 21:16 #

    Marié à une Portugaise et allant fréquemment par la bas je me devais de tester. Incroyable! Bien mieux que la plupart des cercles/centres Portugais!

    Merci pour l’adresse 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *