De bons burgers au Vème à Vevey

Le Vème. Un bar branché, mais aussi un snack qui propose une sélection de mets de fast-food bien préparés. Situé à même la gare de Vevey, c’est l’endroit idéal où retrouver des amis en début de soirée et, pourquoi pas, s’envoyer quelques calories solides pour accompagner la bière du mois. La carte est simple avec les burgers qui tiennent le devant de la scène. Salades, sandwichs et même tartares, pour les plus raffinés, couvrent leurs arrières.

Les 9 hamburgers proposés restent, dans l’ensemble, plutôt sobres et ne se fourvoient pas dans les méandres sans retours du roquefort au chutney de mangue et autres buns à l’encre de seiche. Les plus aventureux pourraient bien être déçus… mais attention! Ces burgers n’en sont pas moins de sérieux gugusses à même de satisfaire les amateurs aguerris. C’est qu’il y a une attention aux produits ici. Les buns, la viande et le fromage viennent tous d’artisans locaux. Ensuite, la réalisation est soignée aussi bien au niveau cuisson qu’au niveau assaisonnement.

Prenons le Cervin, au hasard.

Le Cervin au Vème à Vevey

Que de la valeur sûre dans ce big boy de la carte: 2 steaks, raclette, bacon, oignons rouges (rouges notez bien!), salade, tomate, cornichons. Il n’échappe certes pas aux faiblesses propres aux très gros hamburgers. Comme pour un King Kong Carnivore de chez Holycow, la viande est trop présente par rapport au reste. Heureusement, celle-ci est fort goûteuses et n’est pas hachée trop finement. On a une belle mâche et le contrat de l’orgie de viande est bien rempli. Avec les garnitures plutôt fortes en goût et de bonne qualité, l’écueil est finalement bien négocié. Second problème, votre montagne se transforme vite en champ de ruine à mesure que vous mordez dedans. Minets de salon, passez outre. Seuls les durs à cuire qui n’ont pas peur du gras et de la salissure s’y risqueront.

A l’opposé, le Koh V joue plutôt dans la finesse et l’exotisme. Un filet de poulet bien grillé accompagné d’une sauce « Satay » imite la fameuse brochette dans une version sandwich chaud. Le Vème a le bon goût d’y adjoindre du concombre pour se rapprocher encore du thème indonésien. On se demande un peu plus ce que vient faire le gingembre mais le mariage n’est pas forcément malheureux. La sauce satay, je trouve toujours ça bon, même si, ici, elle est plutôt générique et pas spécialement emballante. Au final, entre le bon poulet, la sauce et les crudités, on se retrouve avec un bon burger, bien réalisé.

Le Koh V au Vème à Vevey

Les végétariens ne sont pas oubliés au Vème. Dans mon univers parfois étrange, c’est déjà élégant de ne pas vouloir absolument proposer un burger avec un steak végétarien. Et c’est presque chevaleresque de s’aventurer dans un club sandwich à la place. Ainsi, j’ai eu un petit coup de cœur pour le Vegi club sandwich. Deux oeufs durs sont accompagnés de cheddar fondu et de crudités (salade, tomates, carottes, bettaraves) pour un club riche et coloré. Seul le pain de mie, pas assez grillé et de qualité moyenne est à la traîne. Mais c’est encore un coup gagnant.

Vegi club sandwich au Vème à Vevey

Le Vème propose aussi des burgers temporaires comme cette petite création aux aubergines et à la feta. Clairement pas le genre de sandwich que je pourrais commander, trop méditerranéen. Cela dit, il y a des amateurs et on ne pourra pas se plaindre que le choix manque.

Burger grec au Vème

Un petit mot sur les frites, coupées épaisses, comme j’aime, et légèrement épicées. Elles auraient pu être un poil plus croustillantes mais constituent un accompagnement à la hauteur. Avec tout ça, et malgré quelque petites fausses notes, ce spot veveysan s’illustre en tant que bonne adresse pour celui qui veut se faire un fast-food en version deluxe.

Vue de l’intérieur du Vème

Je me dois de vous prévenir, toutefois. Le Vème reste un bar trendy qui invite ses clients à faire la fête avant tout. Le soir venu, c’est musique à fond, couleurs criardes et ambiance Miami. Préparez vous à commander avec le mégaphone et à hurler dans l’oreille de vos potes. Pour voir le bon côté des choses, vous serez assez vite servis puisque peu de clients mangent à partir d’une certaine heure. Les plus tranquilles devront absolument visiter les lieux à midi, histoire d’éviter la cohue et de savourer tranquille.

Mon autre regret, c’est de ne pas avoir pu goûter leur Américain. Que les ingrédients les plus classiques dans un pain baguette. Ils n’en avaient plus le soir de ma visite mais je suis certain qu’il y avait de quoi me faire oublier le traumatisme du McBaguette.

CAFÉ Le Ve

pl. de la Gare
1800 Vevey
tél:  021 922 40 32

7 Responses to “De bons burgers au Vème à Vevey”

  1. Manuel octobre 30, 2013 at 22:28 #

    Intéressant !
    Je ne suis pas un grand mangeur de burger, ils ont trop facilement tendance à me décevoir.
    Je préfère les faire à la maison, en choisissant mes produits, sauces et accompagnements. Mais là c’est plutôt plaisant!

    Belle revue merci!

    • Lukas Menal octobre 31, 2013 at 12:58 #

      Tu en as essayé beaucoup d’adresses sur Lausanne et environs? Il y a quand même de jolies choses.

      • Manuel octobre 31, 2013 at 17:39 #

        Totalement honnêtement, pas récemment.
        il y a bien 10 ans que j’ai quitté un peu le monde des kebabs (que je préfère manger en Turquie) et des burgers (dont le contenu et la chaine de production me rend systématiquement méfiant). Depuis cet éloignement je ne m’en suis pas autrement rapproché. D’autant que j’ai la (fâcheuse, car on peut être surpris, mais bon j’ai un passé d’ancien gros, et comme tout ancien gros, je me méfie des fast-food et préfère le « fait soi-même » quand il s’agit de se faire un burger) tendance à considérer les burgers comme des « bourre artères » qui me nourrissent pas vraiment et me laissent toutefois cette affreuses sensation de gras.

        Je mange pas du poisson vapeur et des carottes vichy, j’aime me faire plaisir, mais j’ai trop peu eu d’exemple de burgers bons, avec des bons produits, et relativement équilibrés pour que cela me laisse un goût de reviens-y.

        Je perds probablement quelques jolies choses et aurais peut-être besoin que l’on me remette les pendules à l’heure et qu’on me traîne dans le lieu qui me fera me réconcilier (avec un tant soi peu de mesure) avec les burgers.

        • Lukas Menal octobre 31, 2013 at 22:05 #

          Ce n’est pas plus mal de ne pas être de toutes les modes.

          Il est vrai que les bons burgers,faits avec des produits régionaux et de qualité ont fleuri ces dernières années. J’ai beau avoir été un défenseur du fameux sandwich à l’époque où il était encore renié partout, cette mode me semble maintenant exagérée et je me réjouis de voir des alternatives arriver sur le marché.

          Après tout, la gastronomie n’est pas faite pour être forcée et je suis partisan de suivre son instinct.

          • Manuel novembre 3, 2013 at 13:44 #

            C’est tout à fait vrai, toutefois j’apprécie laisser de temps en temps la place à la 2ème chance.
            L’autre jour, j’ai goûté à un petit bout d’un burger du Holly Cow qui ne m’a pas laissé totalement indifférent, du côté positif cette fois.
            Une fois de temps à autres ne me tuera pas ; fast-food et junk-food, ce n’est pas la même chose et il est des plats de fast-food qui peuvent s’avérer absolument délicieux quand c’est bien réalisé avec des bons produits.

            Pour le côté mode que tu soulignes, je le trouve relativement ridicule, quand du plus minable fast-food au plus grand palace on trouve la version du burger, certes parfois très bien abouti mais bien souvent cela paraît être de la poudre aux yeux. Bref, quitte à redécouvrir le burger, je préférerais aller sur quelque chose de plus ou moins classique, mais avec des bons produits.

  2. Maryke octobre 31, 2013 at 14:39 #

    L’Américain est cool 😉

    • Lukas Menal octobre 31, 2013 at 21:59 #

      Je crois avoir vu le dernier sur la table d’à côté. Un truc énorme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *